la difficile évaluation des biens immobiliers

Avec la crise, la valeur des biens détenus par les assujettis à l’IFI a varié. Des interrogations se posent.

Une année atypique et pleine d’incertitudes. Pour les assujettis à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), dont le patrimoine net taxable est supérieur à 1,3 million d’euros, la déclaration en cours de l’impôt sur les revenus 2020 est un exercice encore plus fastidieux qu’à l’habitude.

La crise du coronavirus et les restrictions sanitaires n’ont pas épargné le marché immobilier dont l’évolution reste très incertaine. Ce qui ne facilite pas la tâche des contribuables qui doivent évaluer le prix de leurs biens immobiliers au 1er janvier pour le déclarer au fisc. Valeur qui permettra ensuite de déterminer le montant de l’IFI qu’ils devront payer en septembre prochain.

Concernant l’immobilier d’habitation d’abord. «Nous avons des tas de clients qui veulent baisser la valeur de leur bien» et ainsi minorer le montant de leur IFI, témoigne Corinne Dadi, avocate associée au cabinet Stehlin & Associés. Mais «je recommande de maintenir celle de l’an dernier», avant la crise du coronavirus, avertit

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous