Patrick Serpiagli, des Mustang au cinéma

En 1976, Patrick Sepriagli achète sa première Mustang « par hasard ». Il ne sait pas encore que cinquante ans plus tard, il aura une collection complète de ce modèle automobile ainsi qu’un « pub-atelier Mustang » où il les répare et les customise. Dans sa collection personnelle, certaines Mustang sont célèbres : la star, c’est celle utilisée dans le film Le Gendarme de Saint-Tropez en 1964, mais toutes ont une histoire particulière, que Patrick connaît et aime raconter. 

Il revient avec nous sur l’origine de son « âme de collectionneur », et ce qui l’a fait tomber dans cet univers des Mustang. 

 

 

Sa collection ne s’arrête pas là, il ne faut pas le croire quand il affirme qu’« à la base, il n’est pas vraiment un collectionneur », car il a commencé à collectionner dès l’âge de sept ans, et quand on se balade dans son hangar à Nanterre, plusieurs milliers d’objets sont entreposés. Ses collections principales sont les véhicules et les jouets, mais il a aussi de vieux téléviseurs, des magnétoscopes, des radios, des meubles, des affiches, des dessins… Chaque objet a une histoire, que Patrick connaît et qu’il a envie de préserver et de partager. Ces histoires ont souvent un lien avec le cinéma, son autre passion. 

 

Patrick Serpiagli a gardé son âme d’enfant, et il continue de rêver et de jouer au travers de ces objets, qu’il garde aussi pour pouvoir « les transmettre aux générations futures », pour que d’autres enfants puissent à leur tour jouer avec. 

Un objet retrouvé au cours de la visite… « Trophée New-Look FranceSoir, 1er festival Auto-retro, 10-13 mai 1985 »