un documentaire choc sur la mafia de la déforestation dans le monde

Wood : Game Changers Undercover nous emmène au cœur de la mafia de la déforestation, du trafic de bois international. C’est un documentaire sous forme de thriller que WE DEMAIN est venu présenter sur le plateau de 23h de France Info, par le biais de la journaliste Armelle Oger. Ce documentaire « en noir et vert » de 97 minutes commence par une introduction en silence, puis « nous plonge droit dans une aventure bien réelle », peut-on lire sur le site WE DEMAIN.

Fruit d’une enquête menée par WE DEMAIN, on y découvre un guerrier de l’environnement, Alexander von Bismark se démenant contre le trafic de la déforestation, qui représente un énorme business. Armelle Oger explique sur France Info que « la mafia de la déforestation pèse entre 50 et 150 milliards de dollars annuels, selon Interpol, et c’est un commerce très opaque ».

Alexander von Bismark est le directeur exécutif de l’Agence d’investigation pour l’environnement, une ONG fondée en 1984 au Royaume-Uni. Dans le documentaire, on le voit « comme un véritable policier. Il passe énormément de temps sur ses enquêtes. Sa vie est un thriller continu ». La méthode Bismark « consiste à se rendre directement sur les lieux du crime. À documenter les zones illégales d’abattage, à prendre les camions en filature, à photographier plaques d’immatriculation et bordereaux de livraison… À négocier, sous une fausse identité d’homme d’affaires, jusque dans les bureaux des trafiquants pour enregistrer, en caméra cachée, leurs offres illégales », peut-on lire sur WE DEMAIN.

Alexander von Bismark est un militant qui prend des risques, comme ses informateurs sur place. Pour lui éviter des ennuis, le documentaire ne dévoile aucun aspect de sa vie privée, donnant encore plus de mystère à ce personnage.

Un documentaire à regarder « car nous faisons tous parti de ce jeu néfaste, en n’étant pas toujours assez vigilants sur la traçabilité du bois que l’on achète », comme le souligne Armelle Oger sur France Info. Il a été présenté lors du Festival du documentaire de Biarritz en juin.