Au Paname Comedy Club, on ne peut pas rire de tout, et surtout pas avec tout le monde

CRITIQUE – On sait que le passe sanitaire crée deux groupes de personnes : celles qui peuvent aller partout, et celles qui sont exclues des lieux fermés, par refus de se faire injecter dans les temps ou de se soumettre à cette obligation discriminatoire. On peut supposer que la prochaine étape est que le premier groupe se monte contre le deuxième. Cela arrive très vite, c’était incroyable, et c’est ce que nous avons vécu en allant voir un spectacle d’humour à la fin du mois dernier.

Le « Paname – Art Café » est un restaurant et comedy club proposant notamment des représentations d’humoristes souvent en devenir pour se faire la main, ou d’artistes confirmés venant pour rôder leur spectacle et tester des nouveautés.

Pour aller droit au but, sur six comédiens s’étant relayés devant nous, la moitié ont plaisanté uniquement sur la vaccination et le passe sanitaire, et jamais en donnant la vision des non-vaccinés, mais bien en leur exprimant un mélange de mépris et d’incompréhension.

Un des aspects les plus choquants est qu’avant, pour « chauffer la salle », ces artistes demandaient aux filles d’applaudir, puis aux garçons présents. Maintenant, le nouveau truc est évidemment : « est-ce qu’il y a des vaccinés dans la salle ? [Applaudissements de ceux qui s’affirment vaccinés]. Et est-ce qu’il y a des non-vaccinés dans la salle ? » Ensuite, s’ensuivent des commentaires type : « Ah, on sent que vous êtes de moins en moins nombreux les gars », de la part des humoristes.

Ces derniers ne doivent pas être au courant que demander la situation vaccinale de quelqu’un est malvenu, autant que de demander pour qui l’on va voter aux prochaines élections. Sauf que si cette dernière pratique est acquise, cela ne l’est visiblement plus pour le secret médical qui a volé en éclats.

Quand un lycéen est pris à partie car il a levé sa main avec d’autres non-vaccinés, une des humoristes le prend à partie finement : « Bah pourquoi tu t’es pas encore fait vacciner ? » On dit que les plus grands humoristes sont les plus intelligents : nous n’étions pas ici en présence de la quintessence du patrimoine humoristique francophone. Cette comédienne ne savait pas que les adolescents de 17 ans ne sont pas obligés d’être vaccinés, ce que le garçon lui rétorque en disant : « Bah j’ai 17 ans », et la personne sur scène tombe en arrière en s’exclamant : « Bah c’est pas une raison ». Alors que si, cette raison c’est la loi.

Sans s’étaler sur chaque blague contre ceux qui lisent et réfléchissent sur le sujet, un autre fait marquant est que l’un des humoristes, très drôle par ailleurs, gâche tout son talent à « afficher » un des non-vaccinés, en prenant l’un d’entre eux qui ne sert pas forcément la cause, si cause il y a, car il rentre dans le jeu de l’artiste.

Le spectateur sélectionné est assez âgé, et le comédien joue sur cela en répétant : « À ton âge… Oulah, on sent que c’est bientôt la fin. » Quelle originalité ! On sent que ces artistes n’ont quasiment aucune éducation sur le sujet, car ils ne mentionnent à aucun moment que beaucoup de gens ne peuvent pas avoir la deuxième dose (le décret 2021-1059 précisant que la deuxième dose ne peut pas être faite si la première injection vous a causé des accidents tels que myocardites, péricardites, syndrome Guillain-Barré, et autres) ou encore que d’autres sont intolérants aux vaccins et ne peuvent pas recevoir la première dose.

Cet article n’a pas vocation à se plaindre que l’on se soit moqué des personnes ayant les valeurs que l’on défend, là n’est pas le problème. Mais bien de partager nos regrets que l’on soit dans une société où, non seulement on ne s’écoute pas, mais que l’on se moque des arguments de ceux que l’on ne comprend pas, parce que ces personnes ne semblent vraisemblablement rien connaître sur ce sujet, même si probablement d’autres artistes présents au Paname présentent une grandeur d’esprit plus manifeste.

Ne réduisons pas la scène humoristique du Paname et d’ailleurs à ces comédiens, mais ils sont une partie des dérives culturelles vers lesquelles nous allons si nous ne sommes plus capables de discuter ensemble en société.

Et enfin, une réflexion sur le passe sanitaire : si les vaccins n’empêchent pas la contamination, à quoi cela sert d’exclure les non-vaccinés de ces lieux ? Sachant ce que l’on sait aujourd’hui, il y a davantage de sens à se dire que le passe sanitaire valide surtout que l’on est un bon petit consommateur des laboratoires Moderna et Pfizer/BioNTech. Pourquoi ne pas rire des vaccinés, également avec les non-vaccinés ? Tout le monde n’y trouverait-il pas son compte ?