Décollage imminent pour quatre touristes à bord de la fusée Falcon9 de SpaceX

Océane Théard, édité par Clément Perruche avec AFP
09h19, le 15 septembre 2021

Quatre humains n’ayant jamais été dans l’espace auparavant peuvent-ils passer trois jours seuls en orbite autour de la Terre, en ne s’étant entraînés que quelques mois ? C’est le défi que s’est lancé SpaceX, dont la première mission de tourisme spatial doit décoller ce mercredi soir. Baptisée Inspiration4, elle est la première mission de l’histoire à n’envoyer en orbite que des novices, sans aucun astronaute professionnel à bord.

15 tours de la terre par jour

Le décollage doit avoir lieu à partir de 20H02 (00H02 heure française), avec une fenêtre de lancement de cinq heures et pour le moment une météo favorable. La fusée Falcon 9, portant à son sommet la capsule Dragon, sera propulsée depuis la mythique aire de lancement 39A du Kennedy Center de la Nasa, en Floride, d’où décolla notamment la mission Apollo 11 pour la Lune.

Pour Jean-François Clervoy, spationaute à l’Agence spatiale européenne (ESA), c’est une « grande première », car à la différence des missions Virgin Galactic et Blue Origin, qui durent entre deux et trois minutes, la mission Inspiration4 dure trois jours. « Ils vont vivre seize tours du monde par jour, donc un panorama de la terre sous toutes les coutures. Ils vont vivre, partager des repas et des périodes de sommeil », explique le spationaute. Autre particularité : les quatre néo-spationautes n’auront aucune tâche opérationnelle à accomplir. « Ils vont le vivre pleinement, avec leurs tripes, en étant en relation avec le centre de contrôle. Et ça restera un moment très fort dans leur vie. »

Les quatre Américains à bord doivent voyager plus loin que la Station spatiale internationale (ISS), à une orbite visée de 575 km et feront chaque jour environ 15 fois le tour du globe. Au terme de leur périple, ils entameront une vertigineuse descente pour amerrir au large de la Floride, freinés par d’immenses parachutes.

Quatre inconnus dans la capsule

La mission a été affrétée par le milliardaire Jared Isaacman, 38 ans, patron d’une entreprise de services financiers et pilote aguerri. Il sera le commandant à bord, et a offert trois autres sièges à des inconnus. Hayley Arceneaux, rescapée d’un cancer pédiatrique, est une assistante médicale de 29 ans. Elle sera la plus jeune Américaine à se rendre en orbite. Chris Sembroski, 42 ans, est un ancien de l’armée de l’Air américaine qui travaille désormais dans l’industrie aéronautique. Enfin, Sian Proctor, professeure de sciences de la Terre de 51 ans, avait failli en 2009 être sélectionnée pour devenir astronaute pour la Nasa. Elle sera seulement la quatrième femme Afro-Américaine à aller dans l’espace.

Le but affiché : représenter un tournant dans la démocratisation de l’espace, en prouvant que le cosmos est aussi accessible à des personnes n’ayant pas été triées sur le volet, et formées durant de longues années comme les astronautes. Pour SpaceX, il ne s’agit rien de moins que d’un premier pas vers une humanité multiplanétaire – la vision ultime d’Elon Musk.

« Nous nous rendons compte de notre chance, et nous essayons d’être très réfléchis dans notre approche, afin d’établir, on l’espère, la norme pour les missions à suivre », a déclaré mardi Jared Isaacman lors d’une conférence de presse. « Ca ne fait que commencer. »

Entraînement de six mois

A bord, leurs données biologiques (rythme cardiaque, sommeil…) ainsi que leurs capacités cognitives seront analysées. Ils se plieront également à des tests avant et après le voyage, pour mesurer l’effet sur leurs corps. Leur entraînement n’a duré qu’environ six mois. Le vol devrait normalement rester entièrement automatisé, mais l’équipage a été formé par SpaceX pour pouvoir prendre le contrôle en cas de situation d’urgence.

Ils ont également été testés physiquement. Ensemble, ils ont effectué un trek dans la neige jusqu’à plus de 3.000 mètres d’altitude dans le Nord-Ouest américain, et expérimenté la force g à laquelle ils seront exposés grâce à une centrifugeuse (long bras en rotation rapide) et des vols en jet.

Un secteur en ébullition

Cette mission conclut un été marqué par l’envol de milliardaires au-dessus de l’ultime frontière: d’abord Richard Branson le 11 juillet, à bord du vaisseau de Virgin Galactic, puis quelques jours plus tard Jeff Bezos, avec sa société Blue Origin. C’est la quatrième fois que l’entreprise d’Elon Musk, devenue en quelques années seulement un géant du secteur, envoie des humains dans l’espace, après avoir acheminé 10 astronautes vers l’ISS pour le compte de la Nasa.

Il y a déjà eu des touristes dans l’espace: de riches personnalités se sont par exemple rendues dans l’ISS entre 2001 et 2009, à bord de fusées russes. Mais l’avènement des programmes d’entreprises privées marque aujourd’hui un tournant. SpaceX prévoit par la suite d’autres vols de tourisme spatial, dont un dès janvier 2022, qui doit notamment transporter trois hommes d’affaires vers l’ISS.