Halloween s’annonce juteux pour les vendeurs de déguisements

Après une édition 2020 sous le signe du Covid, les vendeurs de costumes profitent notamment de l’engouement pour les séries Netflix.

«Je suis venue acheter du maquillage, mais quand je vois le monde… Tant pis». Devant une boutique de déguisement du 9ème arrondissement de Paris, cette jeune cliente a jeté l’éponge. Et pour cause : une longue queue de plusieurs dizaines de personnes serpente sur le trottoir. Ce vendredi après-midi, les retardataires patientent donc sous la pluie, dans l’espoir d’obtenir leur précieux déguisement en vue de fêtes lors du long week-end.

Dans la rue, une jeune femme attend son tour, parapluie à la main. Venue avec sa grand-mère, elle cherche un costume de «policière ou d’ange». Derrière, une jeune femme veut se grimer en «sorcière». Devant la boutique, le gérant a installé un stand sur lequel sont posés des catalogues : les clients peuvent le consulter afin d’accélérer leur passage à l’intérieur. «C’est comme ça depuis ce matin, commente un jeune employé. Et ça va continuer tout le week-end».

Devant plusieurs boutiques parisiennes, les clients faisaient la queue pour obtenir un précieux déguisement. WGB/Le Figaro

Quelques rues plus loin, devant une autre boutique, un agent de sécurité filtre l’entrée. Ici aussi, les clients font la queue. Un trentenaire venu acheter une tenue de cuistot – «un délire entre potes» – va devoir patienter quelques minutes. «J’aurais dû commander sur internet», soupire une cliente.

Au vu de ces scènes, Halloween 2021 s’annonce être un bon cru. Plusieurs acteurs le sentent : après une année 2020 placée sous le signe du deuxième confinement, les Français veulent s’amuser, faire plaisir à leurs enfants. Le calendrier joue, la fête tombant dimanche, avant un lundi férié. Un long week-end qui tombe bien. «Il y a un vrai renouveau cette année», se réjouit La Grande récré, qui constate des ventes en hausse. Même constat du côté de la plateforme d’e-commerce Cdiscount : «après une édition 2020 en demi-teinte, les Français se préparent cette année à fêter Halloween», explique-t-on.

VOIR AUSSI – «Ils ont été vendus en un week-end»: le succès des costumes de Squid Game pour Halloween

Netflix, nouveau faiseur de roi du déguisement

Aux costumes traditionnels de sorcières, de fées et de monstres s’ajoutent d’autres issus d’univers cinématographiques mondialement connus, comme les américains Marvel, DC et Warner. On trouve également de nouveaux venus débarqués avec fracas : les séries du titan Netflix fournissent ainsi, depuis quelques années, les personnages dont les costumes sont les plus vendus. Sur Amazon, la meilleure vente de la catégorie vêtements est ainsi un masque tiré de la série phénomène Squid Game. Un peu plus loin dans la liste figure également un masque figurant dans La Casa de papel. «La tenue rouge de braqueur de la série, c’était nos meilleures ventes pour Halloween 2019 et 2020», note le vendeur d’un magasin du 9ème arrondissement de Paris. À ses côtés figurent les tenues des prisonniers et gardiens de la série coréenne, désormais mondialement connues.

Chez Cdiscount, on constate aussi un fort engouement pour «des déguisements du Joker ou d’Harley Quinn», ainsi que des masques ornés de Led. «La tendance Squid Game est la plus marquante cette année ; elle vient remplacer la tendance Casa de Papel et devrait perdurer au-delà d’Halloween», ajoute-t-on.

La folie Squid Game est également observée chez Jour de fête : l’enseigne basée près de Clermont-Ferrand, qui dispose de 56 magasins en France et en Belgique, vient de recevoir les déguisements de la série. «Les clients ont beaucoup appelé nos magasins, ont beaucoup réservé les costumes», indique-t-on. Comme ses concurrents, l’entreprise a dû batailler pour s’assurer des approvisionnements, venus des usines asiatiques. La demande, énorme, s’est également manifestée tardivement, le succès de la série s’étant diffusé à travers le monde il y a quelques semaines seulement. De quoi accroître les tensions sur les chaînes de production.

«En une heure, l’un de nos fournisseurs avait vendu l’ensemble de ses 6000 masques» allant avec le costume, relève notre interlocuteur. La chaîne de magasins a reçu ses premières propositions de fournisseurs le 1er octobre, mais «cela faisait 15 jours que ça montait». Ses agents en Asie ont flairé le bon coup, et l’ont prévenue à temps. L’expérience a joué : depuis le succès fulgurant de La Casa de papel, dont le costume était la meilleure vente de 2018 et 2019, «nous avons compris que Netflix pouvait être très fort» pour influencer les tendances : Jour de fête s’est donc immédiatement positionné pour commander des costumes.

Une fête stratégique pour le secteur

Du côté des autres univers, Harry Potter rencontre toujours un grand succès, nous confirment plusieurs revendeurs, de même que les superhéros comme Hulk ou Spiderman. Chez La Grande récré, on vend surtout des costumes de Batman, du Joker et de Wonder Woman pour les petites filles. «On observe aussi un retour aux fondamentaux, avec le vampire et la sorcière», constate-t-on chez Jour de fête. Le costume de clown, au contraire, recule, après plusieurs années en tête des ventes.

Les enfants, de leur côté, gardent des tendances plus classiques. Sur Cdiscount, les costumes de pirates, de princesses et de ninja ont la cote. Les sorcières et les squelettes s’arrachent, souligne la directrice produits chez Oxybul éveil et jeux, Anne Faveau. «En fonction de la tranche d’âge, les déguisements feront plus ou moins peur» et les parents achètent les accessoires allant avec leurs costumes, ajoute-t-elle. L’enseigne profite également de la fête pour réaliser «d’excellentes ventes» avec des livres de collection thématisés.

Le long week-end qui s’annonce devrait donc permettre aux vendeurs de costumes de réaliser un joli chiffre d’affaires. Après une année 2020 marquée par le couvre-feu et le confinement, les acteurs du secteur vont pouvoir souffler un peu. Et le succès mondial des séries Netflix n’y est pas pour rien.

VOIR AUSSI – Squid Game a «une très mauvaise influence sur certains enfants et adolescents» selon Jean-Michel Blanquer