les Français veulent avant tout voyager en 2022

Selon une étude, ils auraient en tête d’y allouer plus de 2700 euros, soit près de 200 euros de plus qu’en 2020.

La tête dans les nuages… Pour 2022, le projet numéro 1 des Français est de voyager, selon la troisième édition de l’enquête «La liste des projets pour 2022» réalisée par l’organisme de crédit Cofidis et l’institut CSA Research. Le voyage recueille en effet 39% des suffrages, en nette augmentation (+8 points) par rapport à l’édition 2020. Par ailleurs, les voyageurs n’hésiteraient pas à mettre la main à la poche pour ce projet, puisqu’ils «envisagent d’y consacrer un budget moyen de 2703 euros, contre 2518 euros en 2020», détaille l’étude.

Globalement, quelque 46% des personnes interrogées abordent l’année 2022 avec une bonne confiance dans leurs finances, un niveau équivalent à début 2020. Par ailleurs plus d’un Français sur deux (54%) se dit prêt à réaliser des projets importants l’année prochaine, c’est sept points de plus qu’en janvier 2020. Assez logiquement ce sont les CSP+ (chefs d’entreprise, cadres, professions intellectuelles supérieures…) qui sont les plus confiants relativement à leur pouvoir d’achat (64% d’entre eux le sont). Moins concernés par les dépenses liées à la vie de famille ou aux remboursements d’emprunts, 57% des moins de 35 ans sont également satisfaits de leur niveau de vie.

Rénovation du logement

Les idées ne manquent pas pour dépenser une partie du surplus d’épargne de 157 milliards d’euros du premier trimestre 2020 à fin juin 2021. Si l’envie d’ailleurs se détache, celle d’embellir son intérieur aussi. Ainsi, la rénovation du logement séduirait 32% des sondés avec une enveloppe potentielle de 11.521 euros, juste devant la décoration de son domicile (31%) et l’achat de meubles (21%). Les Français souhaiteraient également s’équiper en produits high-tech (19%) et envisageraient des achats durables (voiture d’occasion et neuve, immobilier).

Malgré les optimistes conclusions de cette étude, le moral des ménages reste précaire en cette période de tension inflationniste. Ainsi l’indicateur de l’Insee est-il reparti à la baisse au mois d’octobre, avec une part des ménages considérant que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois «en très forte hausse». «Les ménages estimant que les prix vont augmenter au cours des douze prochains mois sont eux aussi plus nombreux en octobre», précisait par ailleurs le communiqué de l’Insee à la fin du mois d’octobre. Si l’inflation continue de pousser, il faudra peut-être attendre un peu avant d’organiser les vacances.