Dans les rayons de jouets, un peu de bois et beaucoup de plastique

Malgré une image positive, les ventes des jouets en bois restent modestes.

Au Village JouéClub, sur les grands boulevards parisiens, les jouets en bois occupent l’entrée du magasin. Dans les rayons, ils cèdent pourtant rapidement la place aux jouets en plastique. «Les ventes de jouets en bois connaissent une accélération sur les quatre dernières années, particulièrement depuis les confinements », souligne le porte-parole de JouéClub France Franck Mathais. La croissance des ventes atteint en effet près de 40% depuis 2018 d’après les chiffres du panéliste NPD. Dynamique, le marché n’en reste pas moins marginal. «Aujourd’hui, c’est un segment de niche qui pèse moins de 2% de l’ensemble des jouets vendus en France», constate la spécialiste de l’industrie du jouet Frédérique Tutt.

Le bois souffre de la comparaison avec le plastique, plus populaire auprès des enfants. «Le plastique reste le matériau dominant des jouets. Que ce soit des figurines, des voitures, les enfants préfèrent les jouets en plastique qui paraissent plus réalistes», concède Franck Mathais chez JouéClub.

Plus populaires auprès des parents que des enfants

À l’heure des cadeaux «responsables», les jouets en bois jouissent surtout d’une image positive auprès des parents. «Les attentes des parents ont changé avec la prise en compte des enjeux écologiques. Le bois est un matériau noble, durable, ce sont des objets offerts avec une logique de transmission. En plus de ça, les fournisseurs ont développé des gammes de plus en plus riches de jouets, en ajoutant parfois de l’électronique au bois», détaille Franck Mathais de JouéClub.

Pour expliquer l’engouement autour des cuisines et autres camions en bois, ce dernier renvoie aussi à leur esthétique néo-rétro qui séduit les parents nostalgiques. Au-delà de cet aspect haut de gamme et écologique, les jouets en bois restent «associés dans l’imaginaire des consommateurs au made in France». Dans les faits, seuls 15% des jouets en bois sont produits dans l’Hexagone même s’il existe encore des fabricants emblématiques comme Vilac ou JeuJura. Malgré les faveurs des parents, ils ne semblent pas près de supplanter leurs concurrents. «Les jouets en bois vont rester minoritaires dans les rayons», prédit l’expert Frédérique Tutt qui pointe leurs prix «relativement élevés».