Le «Black Friday» rencontre un succès mitigé

D’après l’Alliance du commerce, les ventes ont baissé de 9,5% par rapport à l’édition de 2019 en magasins physiques tandis qu’un retour à la normale s’est opéré du côté de l’e-commerce.

Alors que les promotions commerciales du « Black Friday » s’étendent à présent sur plusieurs jours, le bilan de cette édition 2021 est mitigé. Du côté des commerces physiques, même si une partie des consommateurs a attendu cet événement pour consommer et a également anticipé les achats de Noel, le résultat est jugé « décevant », par Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos, fédération pour la promotion du commerce spécialisé.

Même son de cloche du côté de l’Alliance du commerce qui pointe des ventes en baisse de 9,5% par rapport à l’édition 2019. « On ne compare même pas avec 2020 parce que le Black Friday avait alors bénéficié d’un double effet positif : l’opération commerciale avait eu lieu à la suite de la réouverture des commerces et la première semaine de décembre, encore plus proche des fêtes de Noël et des achats qui en découlent », explique Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du Commerce.

Plusieurs causes expliquant ce manque d’engouement des consommateurs pour l’édition de cette année sont mises en avant par les professionnels. «Depuis plusieurs jours, la propagation du virus s’accélère ce qui a pu limiter la fréquentation des Français dans les magasins. De plus, cette année, les commerçants ont géré leurs achats avec plus de finesse et se retrouvent avec moins de stocks, ils proposent alors des promotions moins importantes que d’habitude», explique le directeur général de l’Alliance du Commerce. De son côté, Frank Hoët, vice-président de la Fédération de l’habillement revendique «une certaine lassitude des consommateurs par rapport à cet événement promotionnel qui renvoie à une image de surconsommation de moins en moins porteuse.»

À VOIR AUSSI – A qui profite vraiment le «Black Friday» ?

Un retour à la normale pour l’e-commerce

Il est également à noter que la journée du samedi a mieux fonctionné que celle du vendredi, qui est pourtant le symbole du Black Friday. Mais à la différence des États-Unis, ce jour n’est pas férié en France ce qui peut expliquer le plus grand intérêt pour le samedi. «Le Black Friday cède sa place au Black Saturday, qui enregistre une augmentation de 24% du trafic vers les points de vente par rapport au vendredi», met en avant Tiendeo, plateforme spécialisée dans les catalogues digitaux. Un constat partagé par Yohann Petiot : «Le vendredi n’a pas été bon, les consommateurs sont plutôt venus le week-end, et plus particulièrement le samedi».

En ce qui concerne l’e-commerce, un retour à la normale s’est opéré. «Même si nous constatons cette année une baisse de 32 % des transactions le 26 novembre 2021 par rapport au 4 décembre 2020 (date du Black Friday de l’an passé), l’édition 2020 avait connu une croissance de… 32 %. Nous sommes donc sur un véritable retour à la normale», met en avant Criteo, se basant sur les données de plus de 1706 détaillants Français. Du côté des produits achetés, les consommateurs rentrent aussi dans le rang avec, selon l’étude de Criteo, un retour au panier classique avec l’électronique en première position qui connait une hausse de 185% des ventes par rapport à 2020, suivi par le secteur de l’habillement et des bijoux.

«Des tendances d’achats qui confirment également un retour à la normale puisqu’il s’agit de produits à forte valeur ajoutée, onéreux, que nous retrouvons généralement dans un panier classique – versus 2020 où les jouets ont explosé (+600 %) au même titre que les produits de beauté (+100-150%)», précise Criteo dans son étude. Un regain d’intérêt pour les produits électroniques qui a bénéficié aux acteurs du secteur. Backmarket se targue notamment d’avoir des ventes en croissance par rapport au Black Friday 2020, surtout sur les Airpods avec une hausse de 150%. Des produits qui risquent de se retrouver au pied du sapin…