La Nuit aux Invalides : entre ombre et lumière

Plus de l'auteur

Pour la neuvième édition de « La Nuit aux Invalides » et pour célébrer le bicentenaire de la mort de Napoléon, la cour des Invalides se pare d’effets lumineux grandioses. Projetés à 360 degrés, nous ne savons plus où donner de la tête pour ne pas louper une miette du spectacle. Ce déploiement technologique inédit nous plonge dans une aventure immersive hors du temps.

Portés par les voix de Frédéric Dussolier, Céline Duhamel et Jean-Philippe Puymartin, au cœur même du lieu emblématique où repose la sépulture de Napoléon, nous découvrons les pans de la vie de l’Empereur. Cet homme qui a imposé son rythme à l’Europe pendant 20 ans n’a jamais cessé d’entretenir avec les Invalides un rapport étroit : une manière de se légitimer et de gagner le cœur des soldats à ses débuts, c’est aussi ici qu’il tiendra la toute première cérémonie de remise des médailles de la Légion d’honneur. Les lumières et la musique rendent hommage à la brillance du personnage et à la grandeur de son règne.

 

C’est une rétrospective colorée et vivante de l’histoire des Invalides, pour rendre hommage à ceux qui ont fait ce lieu, Napoléon Bonaparte bien sûr, mais aussi Louis XIV, Charle de Gaulle… D’abord hôtel, hospice puis musée, ce lieu a plusieurs fois changé et a résisté au passage du temps. 

 

« Au milieu de cette cour, un cœur bat pour ceux qui ne battent plus » pouvons-nous entendre au cours du récit, et durant 50 minutes notre cœur se met à battre au même rythme. Le rythme des soldats, qui marchent d’un seul pas, parfois vers la victoire, parfois vers la mort, toujours pour la gloire de la France. Un destin tragique pour ces hommes partis mourir au front : les jeux de lumière font aussi parfois ressortir les parts d’ombre de l’histoire. Une histoire qui s’incarne ici et nous rappelle qu’elle n’est pas qu’une abstraction. Un spectacle qui vous porte au point d’oublier l’humidité d’une représentation à l’air libre quand le temps n’est pas de la partie – et la contrainte pénible d’un pass sanitaire… et qui ravira même les esprits les moins sensibles à la légende des armes, magnifiée par la technique, la magie du lieu et le souffle d’un récit inspiré.

 

 

Un spectacle à voir jusqu’au 26 août 2021 aux Invalides (Paris 7ème).

Il est possible de visiter également l’église du dôme où se trouvent les tombeaux de Vauban, Foch… en prenant un billet dédié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages

Ces dix indices qui déclenchent les contrôles fiscaux

DÉCRYPTAGE - Les agents des impôts ne baissent pas la garde : faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'État est plus que jamais...

Kalidou Koulibaly convoie un bateau rempli de dons au Sénégal

Comme il en faisait état lors de son entretien avec la TFM, Kalidou Koulibaly a des projets pour le pays. Le défenseur central de...

Les incroyables aveux de Alexia Kanté, arrêtée à Dakar

Alors qu’elle n’a jamais fait d’études en chirurgie, tenait une clinique clandestine à Dakar pour grossir les fesses et les seins de certaines sénégalaises....

Vous voulez rester au courant des dernières nouvelles ?

Nous aimerions avoir de vos nouvelles ! Veuillez remplir vos coordonnées et nous resterons en contact. C'est aussi simple que cela !