la haute couture 2.0 de Julien Fournié

Le couturier français Julien Fournié a annulé son défilé de peur de créer un « cluster haute couture » à Paris en pleine pandémie, mais pas de regrets: des tenues filmées pour sa collection seront sur une plateforme de jeux vidéo qui touche un milliard de personnes.

Elle, incarnée par la mannequin tchèque Michaela Tomanova, porte un jupon court style tutu, des guêtres et mitaines longues. Lui, joué par Julien Fournié, est en combinaison de super-héros. Ils se croisent dans un monde virtuel, enlèvent leurs casques, se regardent et s’émerveillent.

« Love is magic, metaverse is amazing » (l’amour est magique, le métavers est incroyable), apprend-on d’une chanson diffusée en boucle pendant le tournage dans un vaste studio à Bussy-Saint-Georges, à 30 km de Paris.

– Grand couturier « obsolète » –

Le film sera diffusé le 25 janvier dans le cadre de la semaine de la haute couture et devait accompagner le défilé prévu à la même date, mais qui a été annulé, la maison ne souhaitant pas créer « un cluster haute couture Paris » vu l’ampleur des contaminations par Omicron.

« Les défilés sont l’apothéose d’une collection, mais si par malheur on ne peut pas défiler, on aura ce sublime film qui était le premier choix et qui va être diffusé dans le monde entier sur les plateformes Tencent », expliquait à l’AFP Julien Fournié dans sa loge en train de se maquiller, avant que la décision d’annuler le défilé ne soit prise.

Ensuite « rien ne nous empêchera de voyager, de faire des micro-présentations dans le monde entier avec nos clientes. Je vais bientôt partir en Arabie saoudite, au Qatar, en Chine », poursuit-il.

Si la crise sanitaire est un casse-tête logistique et bouleverse la façon de travailler des maisons de mode, Julien Fournié tire malgré tout un bilan positif des deux ans de Covid qui, selon lui, impose aux créateurs de se remettre en question et de devenir « multifacettes ».

« Le métier de grand couturier tel qu’il était il y a 10 ans est complètement obsolète. Avec le Covid il faut réenchanter le monde et apporter une nouvelle dimension à son travail, il y a maintenant plein de moyens grâce aux réseaux sociaux, au digital, au métavers », énumère-t-il.

Début décembre, il a propulsé la haute couture dans le métavers, ce monde virtuel sur lequel travaillent les géants du numérique dont Facebook, via le jeu de Battle Royale PUBG Mobile qui touche un milliard de personnes dans le monde.

– Pour les 13-25 ans –

Les joueurs peuvent y acquérir vêtements et accessoires pour leur avatar.

Avec le film pour la collection haute couture, il poursuit sur sa lancée et compte créer à terme la « maison Julien Fournié digitale » pour « répondre aux demandes » des concepteurs des jeux vidéo qui « savent faire des avatars, mais pas des vêtements », ainsi qu’aider les maison de mode à investir le métavers.

Le côté ludique et l’esthétique des jeux vidéo traversent toute la collection: la première robe est présentée par une mannequin en patin à roulette. Clin d’oeil aux jeux de PUBG Mobile, toutes les jupes sont « parachutes » qui se gonflent à chaque courant d’air et s’envolent.

Les hauts sont faits par des enchevêtrements d’élastiques colorées, les tailleurs sont souples parce qu’on « a envie de légèreté, on n’a plus envie d’être dans des carcans ».

Pour Julien Fournié, l’incursion dans le métavers permettra d’attirer une nouvelle clientèle plus jeune et de promouvoir les accessoires.

« Ce ne sont plus que des femmes de 60 ans, mais aussi des jeunes filles qui rêvent de l’innovation et de la grandeur de la haute couture », dit-il. « Les gamers ont entre 13 et 25 ans, c’est ça qui commence à devenir intéressant. Cela va être un support incroyable pour vendre des accessoires, des licences de lunettes, parfums ou sac à main ».