Le bouclier thermique du télescope James Webb s’est correctement déployé

Le télescope spatial James Webb a franchi mardi une étape majeure pour la réussite de sa mission avec le déploiement complet de son bouclier thermique, un élément essentiel pour mener ses futures observations du cosmos, a annoncé la Nasa. Ce pare-soleil est composé de cinq couches chacune de la taille d’un terrain de tennis, destinées à protéger les instruments scientifiques de la chaleur de notre étoile. Elles ont été minutieusement dépliées et tendues une par une depuis lundi.

Trop grand pour entrer dans une fusée, le télescope a dû être plié sur lui-même comme un origami et requiert d’être déployé dans l’espace, une procédure ultra-périlleuse. Le déploiement de ce pare-soleil était l’une des étapes les plus difficiles.

Observer les premières galaxies

Télescope spatial le plus puissant jamais conçu, James Webb est attendu par les astronomes du monde entier et doit permettre d’observer notamment les premières galaxies, formées quelques centaines de millions d’années seulement après le Big Bang.

L’observatoire a décollé il y a un peu plus d’une semaine de la Guyane française et est actuellement à plus de 900.000 kilomètres de la Terre. Il est toujours en route pour atteindre son orbite finale, à 1,5 million de kilomètres de nous — soit quatre fois la distance Terre-Lune. A cet endroit, en cas de problème, aucune mission de réparation ne peut être envisagée.

Aucun faux pas permis

Son déploiement, piloté depuis Baltimore, sur la côte Est américaine, doit donc être réalisé sans aucun faux pas. Plus d’une centaine d’ingénieurs s’y relaient actuellement 24h/24 pour s’assurer que tout se déroule comme prévu.

La Nasa a retransmis lundi matin l’événement en direct sur internet. Comme aucune caméra n’est embarquée sur James Webb, les seules images disponibles étaient celles de la salle de contrôle des opérations, où les équipes en charge du déploiement ont applaudi de joie après l’annonce de la mise sous tension de la cinquième couche.