Livret A, péages, facture d’électricité… Ce qui change en février 2022

Le mois sera aussi marqué par la levée progressive des restrictions sanitaires et le versement de l’indemnité inflation pour les retraités.

Livret A, électricité, tabac… De nombreux changements touchant la vie quotidienne des Français ont lieu ce mois-ci. Le Figaro fait le point pour vous.

Augmentation des taux de livrets réglementés

Bonne nouvelle pour tous les épargnants : à compter du 1er février, les livrets réglementés verront leur taux augmenter. Celui du livret A, qui était fixé à 0,5% depuis le 1er février 2020, sera doublé, atteignant 1%. Bruno Le Maire l’avait en effet annoncé le 14 janvier, indiquant tenir compte du taux d’inflation moyen des six derniers mois et des recommandations de la Banque de France.

Le livret développement durable et solidaire (LDDS) va lui aussi bénéficier d’une revalorisation, alignée sur celle du livret A, atteignant 1%.

Destiné aux plus modestes, le Livret d’épargne populaire (LEP) passe, lui, à 2,2% d’intérêt, contre 1% jusqu’à présent. Ce dernier livret «reste sous-utilisé», regrette le gouvernement, alors que près de la moitié des Français y seraient éligibles.

Hausse de 4% du prix de l’électricité

Dans son rapport du 19 janvier sur l’évolution des tarifs réglementés de vente d’électricité (TRVE), la commission de Régulation de l’Énergie (CRE) annonçait une hausse de 44,5% pour les «tarifs bleus» applicables aux particuliers au 1er février. Une augmentation expliquée par la «moindre disponibilité du parc nucléaire français cet hiver», ainsi que par la «forte hausse des prix du gaz» en Europe.

Avec le «bouclier tarifaire» mis en place en septembre, le gouvernement limitera cette hausse à hauteur de 4%. «Une augmentation de 4% TTC en moyenne du TRVE représentera une hausse d’environ 38 €/an sur la facture d’un client résidentiel et d’environ 60 €/an pour un client professionnel» indique la CRE dans son communiqué. Sans les mesures gouvernementales, la hausse aurait atteint respectivement 330 euros et 540 euros par an.

Levée progressive des restrictions sanitaires, dont le télétravail obligatoire

Alors que le pic de la vague actuelle de l’épidémie semble en vue, le gouvernement assure qu’il tiendra le cap de son calendrier de levée des restrictions. À partir du 2 février, le télétravail ne sera plus obligatoire mais recommandé, et le port du masque en extérieur ne sera plus obligatoire non plus. De même, les jauges seront levées dans les lieux culturels et sportifs recevant du public.

Puis, deux semaines plus tard, à compter du 16 février, les discothèques pourront rouvrir et les concerts debout pourront avoir lieu. Il sera de nouveau possible de consommer dans les transports, cinémas et stades, ainsi que debout dans les bars ou au comptoir.

Versement de l’indemnité inflation pour les retraités

Au tour des retraités de toucher l’indemnité inflation, cette prime exceptionnelle versée aux 38 millions de Français touchant moins de 2000 euros net par mois. Mise en place en décembre pour compenser la hausse généralisée des prix (+2,8% en novembre selon l’Insee), cette prime s’appliquera aux retraités à partir de mardi sous la forme d’un versement de 100 euros : «L’indemnité sera versée en février 2022, par virement bancaire indépendamment de votre retraite»; précise l’assurance retraite.

Le prix des péages en hausse de 2% en moyenne

Mauvaise nouvelle pour les Français qui comptaient prendre la route à l’approche des vacances d’hiver. Après une augmentation de 0,44% début 2021, les tarifs des principaux réseaux autoroutiers devraient subir une nouvelle hausse à partir du 1er février, cette fois-ci de 2% en moyenne. Selon l’Insee, cette hausse est en partie due à l’accélération des prix de l’énergie, des produits manufacturés et dans une moindre mesure des services.

Selon les chiffres fournis par les sociétés d’autoroutes, les tarifs de l’ASF (Autoroutes du Sud de la France) et de l’APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône) devraient respectivement augmenter de 2,19% et 2,05%. Le gouvernement doit cependant confirmer officiellement ces hausses.

Dernier mois pour profiter du plafond à 38 euros des tickets restaurants

Destinée à soutenir les restaurateurs durement touchés par la crise sanitaire, la mesure permettant d’augmenter le plafond journalier des tickets-restaurants de 19 à 38 euros prendra fin le 28 février 2022. Jusqu’à cette date, les tickets-restaurants sont donc utilisables le week-end et jours fériés dans les restaurants, mais aussi en «click and collect» ou pour les livraisons de plats vendus par ces établissements, indique l’administration. En outre, les salariés ayant reçu des titres de 2021 pourront les utiliser jusqu’à la fin du mois de février, mais auront cependant l’occasion de les échanger avec des titres 2022 auprès de leur employeur.

Fin de la vente d’autotests dans les supermarchés

Février sera le dernier mois pour se procurer des autotests dans les supermarchés. La dérogation accordée à la grande distribution devait initialement se terminer le 31 janvier, mais elle a finalement été prolongée jusqu’au 15 février. Un moyen de faciliter l’accès à ces outils utiles pour la campagne de dépistage française, alors que le variant Omicron continue de se diffuser.

La vente d’autotests pour dépister le Covid-19 est autorisée hors pharmacies «à titre exceptionnel» depuis le 28 décembre. Pour l’heure, il n’est pas prévu de prolonger de nouveau la dérogation accordée aux grandes surfaces.

Tabac : certains paquets en légère hausse

Les douanes françaises ont dévoilé les nouveaux tarifs applicables au tabac à partir de mardi. Quelques marques augmentent légèrement leurs tarifs comme le paquet de Gauloises Blondes bleues qui passe de 9,90 euros à 10 euros, ou le pot de tabac à rouler Austin Red qui sera lui augmenté de 20 centimes.

Répit accordé aux propriétaires de logements meublés

Les bailleurs de logements meublés ne sont désormais plus limités au 1er février pour renseigner le choix de leur régime fiscal à l’administration. La loi de finances 2022 leur permet désormais de choisir entre le régime BIC et micro-BIC jusqu’au dernier jour de dépôt de leur déclaration de revenus, leur accordant quatre mois de réflexion supplémentaires. Ce changement permet notamment aux bailleurs les plus modestes d’évaluer le régime fiscal le plus en adéquation avec leurs recettes, afin de bénéficier ensuite du régime le plus avantageux.

Début de la distribution des «bébé box» dans les maternités

À compter du 1er février, les parents de nouveau-nés dans certains territoires recevront une «bébé box» à la maternité. Cette dernière, qui prend la forme d’un sac en bandoulière, vise à «aider les parents» dans la période des 1000 premiers jours de l’enfant. Elle contiendra notamment une turbulette, un savon, un produit hydratant et un album pour sensibiliser les parents à l’importance de l’éveil artistique et culturel du nourrisson.

Dans un premier temps, 180.000 «bébé box» seront distribuées dans les maternités des communes avec des quartiers prioritaires et les communes de revitalisation rurale. Puis, après une évaluation cet été, le dispositif pourrait être étendu à l’ensemble du territoire.