risque-t-on de manquer de masques FFP2 ?

LA VÉRIFICATION – L’opposition s’inquiète d’une offre insuffisante, alors que la demande augmente. Faut-il s’en inquiéter ?

LA QUESTION – Depuis le début de l’année, les masques FFP2 sont devenus incontournables. Alors que le variant Omicron a fait bondir les contaminations, ces masques reconnaissables par leur forme en «bec de canard» sont recherchés et mis en avant par certains représentants politiques. Invité du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, début janvier, le député des Alpes maritimes Éric Ciotti a appelé à «la généralisation des masques FFP2» en mettant en avant la meilleure protection qu’ils offrent contre le risque de contamination.

Une proposition immédiatement reprise par un autre participant à la primaire LR et actuel conseiller santé de Valérie Pécresse, le médecin Philippe Juvin. Les deux soutiens de Valérie Pécresse ont également déploré le manque supposé de stocks de FFP2.

La droite n’est pas le seul bord politique à promouvoir l’utilisation de ces masques. Jean-Luc Mélenchon a également exigé que le gouvernement distribue des FFP2 à tous les Français au plus vite, en commençant «par les profs». Le candidat LFI à l’élection présidentielle a aussi assuré qu’il en fournirait dans ses meetings de campagne, tout comme le candidat communiste Fabien Roussel.

«Le gouvernement, qui ne prévoit rien, qui n’organise rien […] a laissé la production de masques FFP2 s’effondrer de 90% l’année dernière», a enfin fustigé Jean-Luc Mélenchon. Des accusations que réfute catégoriquement l’exécutif : dans un entretien au Point, la ministre déléguée chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a assuré que le stock stratégique de masques FFP2 avait été reconstitué : ceux s’inquiétant d’une pénurie «se trompent», a affirmé la ministre à l’hebdomadaire. «Nous avons rechargé le stock, à l’inverse de ce qu’avaient fait nos prédécesseurs quand ils étaient aux affaires : ils l’avaient sacrifié !», a-t-elle ajouté, considérant qu’il n’y a «pas aujourd’hui de pénurie de FFP2».

Qu’en est-il vraiment ? La production française de masques FFP2 s’est-elle vraiment effondrée l’année dernière ? Parvient-elle à suivre la demande actuelle ? Et l’État a-t-il bien reconstitué son stock de FFP2 pour pallier des difficultés éventuelles d’approvisionnement ?

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous