une BD sur la vie du Français Joseph Weismann, 90 ans, évadé enfant d’un camp

Dans la bande dessinée « Après la rafle », le Français Joseph Weismann raconte comment à 11 ans il a franchi une forêt de barbelés pour échapper à la Shoah. À 90 ans, il est resté un enfant indocile.

C’était un gamin, né à Paris en 1931 d’un couple d’immigrés juifs polonais, avec ses deux sœurs, vivant dans le quartier de Montmartre. C’est un retraité qui, dans sa maison du Mans, tient une forme époustouflante, en coupant du bois, en marchant des kilomètres chaque jour.

Entre les deux, la rafle du Vel d’Hiv, en juillet 1942, où toute sa famille est emmenée -13.000 juifs ont été arrêtés par des policiers et gendarmes français avant d’être rassemblés au Vélodrome d’Hiver pour être envoyés en camp de concentration. Il est le seul à avoir échappé à l’extermination.

Transféré au camp de Beaune-la-Rolande, à 85 km au sud de la capitale, le petit Joseph y est séparé des siens et s’évadera en prenant des risques inouïs.

Cette vie a été racontée en livre (« Après la rafle », 2011), et dans un film qui prend quelques libertés avec son histoire, mais dans lequel il joue le rôle d’un vieil homme (« La Rafle », 2010). Maintenant c’est en bande dessinée: « Après la Rafle » (édition Les Arènes), qui sort mardi.

« Il faut raconter la Shoah, encore et encore, parce qu’il y a des gens qui n’en ont jamais entendu parler. Le temps passe. Nous avons laissé beaucoup de témoignages, films, livres, entretiens. Mais si on ne combat pas l’antisémitisme, la mémoire de la Shoah va disparaître », dit-il à l’AFP.

– « Encore des cicatrices » –

Le dessin de Laurent Bidot et le scénario d’Arnaud Delalande ajoutent selon lui un réalisme très saisissant.

« Personne ne peut comprendre ce qu’est un barbelé inextricable (…) Il fallait se frayer un chemin avec nos petites mains. Ce fouillis, ces rouleaux entremêlés, c’est vraiment impénétrable. On y a passé six heures. En longueur ça faisait 20 ou 30 mètres. C’est infernal! », se souvient ce survivant de la Shoah.

« On pissait le sang, des mains, du crâne, j’en ai encore des cicatrices. Ce côté inextricable, il faut le voir. Le dessin le traduit bien », estime-t-il.

Joseph Weismann, devenu père puis grand-père, a passé de longues années à témoigner de sa survie devant des collégiens et lycéens. Il en croise encore qui, devenus adultes, lui disent à quel point il les a marqués.

Il n’a plus la force de ces longues discussions, mais a « toujours été étonné de l’intérêt de ces jeunes, de 14 ans jusqu’au bac. (…) Sans s’en rendre compte, ils transposent ».

– « Un million d’enfants » –

Comment lui-même, à 11 ans, a pris la décision folle de tenter de sortir de ce camp, il ne le comprend pas complètement. « Je regarde le gosse de 11 ans, et je me dis: comment a-t-il eu l’idée de s’évader? C’était ridicule, c’était infaisable ».

« Je sais que j’aimais beaucoup la liberté, que j’avais très mal pris le fait qu’on vienne nous arrêter alors qu’on n’avait rien fait, qu’on nous enferme au Vel d’Hiv, moment très éprouvant, qu’on nous mette dans ce foutu train, qui était extrêmement pénible… et on nous enferme encore dans un camp? Marre! Il fallait qu’on s’en aille », raconte-t-il.

Il ne l’avait pas fait seul. Il avait trouvé un autre Joseph prêt à tenter le coup, Jo Kogan. « On était chétif. Ça faisait déjà deux ans que sous l’Occupation, on n’avait rien à manger ».

Aujourd’hui décédé, cet autre esprit rebelle avait aussi fondé une famille après la guerre. Sa mémoire revit dans « Après la rafle », en même temps que celle des enfants du Vel d’Hiv.

Comme le rappelle Joseph Weismann, « pendant la Seconde Guerre mondiale, on a assassiné six millions de Juifs. Et dans ces six millions, un million d’enfants. Est-ce que vous pouvez vous imaginer un million d’enfants qui passent devant vous? C’est impossible. C’est pour ça que je mène ce combat. Parce que je suis resté enfant, et que je ne peux pas comprendre qu’on fasse ça à des enfants ».