Contre Alain Badiou, Mehdi Belhaj Kacem persiste et signe

Depuis dix ans, une dispute publique oppose les philosophes Alain Badiou, chef de file de la gauche radicale, et Mehdi Belhaj Kacem. Après un livre à charge contre celui qui a été son ami pendant de nombreuses années, Mehdi Belhaj Kacem publie une lettre dans laquelle, une nouvelle fois, il expose la profondeur de sa division avec ce penseur dont il semble définitivement éloigné. 

En 2011, après « dix années d’intenses complicités intellectuelles », l’amitié intellectuelle qui unissait Mehdi Belhaj Kacem et Alain Badiou a pris fin avec la parution de l’essai « Après Badiou » (éditions Grasset) un livre dans lequel le disciple exposait publiquement tout ce qui le séparait désormais de celui qui, un temps, avait été un maître. 

Parmi les très nombreuses questions qui ont semé la discorde, Mehdi Belhaj Kacem se demandait notamment comment le maître avait pu faire « l’apologie de Pol Pot, qui a exterminé la quasi-totalité des médecins cambodgiens au prétexte qu’ils étaient « des petits bourgeois ». »

Pourtant, dans toutes ces horreurs, Mehdi Belhaj Kacem sait qu’Alain Badiou n’a aucune responsabilité directe. 

Hélas, il n’en va pas de même pour la crise du Covid-19. Et la parution d’un nouveau texte d’Alain Badiou intitulé Remarques sur la désorientation du monde est la raison de cette nouvelle discorde. Mehdi Belhaj Kacem estime qu’en approuvant toutes les mesures sanitaires du gouvernement, des confinements à la vaccination obligatoire en passant par le port du masque, la responsabilité d’Alain Badiou est cette fois « directement engagée » ; selon lui, il ne peut pas ignorer tous les liens d’intérêts qui existent entre les différents acteurs de cette « pandémie », une chaîne de liens entre le laboratoire de Wuhan, les géants pharmaceutiques, l’OMS, Bill Gates, Georges Soros ou le Dr Fauci. Il ne peut pas non plus faire comme si les morts et les effets secondaires liés à la vaccination n’existaient pas. 

Revenant sur le mythe de la caverne de Platon, Mehdi Belhaj Kacem se demande quelle pourrait en être la version moderne. 

« Ne serait-ce pas, par exemple, comme on dit en français, la figure du beauf affalé dans son canapé après une journée de travail ingrat, pour consommer sans discontinuer, l’oeil rivé à son téléviseur géant écran plat, je vous cite « le torrent chronique des informations informes ? » (…) Problème : votre petit livre, plutôt qu’à celui d’un philosophe, fait exactement penser à un tel consommateur boulimique d’informations invertébrées et frelatées, où les prétendus « savoirs » sont tous de seconde ou de troisième main. »

À la fin de la lettre, Mehdi Belhaj Kacem invite Alain Badiou à sortir de sa « petite caverne » pour présenter des excuses au public et admettre qu’il a eu tort, seules possibilités pour sortir de la « contradiction dans laquelle » il s’est mis par « vanité pure ». 

Le texte de Mehdi Belhaj Kacem : Remarques sur la désorientation d’Alain Badiou (et des intellectuels en général) (PDF)