où trouver le carburant au meilleur prix autour de chez vous?

FIG DATA – Les prix à la pompe continuent leur envolée en France semaine après semaine. Trouvez les stations-service proposant les prix les plus compétitifs, grâce à notre moteur de recherche.

Poussés par un prix du pétrole qui est en passe, en raison de la guerre en Ukraine, de battre ses plus hauts historiques de 140 dollars le baril, les tarifs des carburants à la pompe n’en finissent pas de grimper et de battre également des records. En effet, plus le temps passe plus on se rapproche des 2€ le litre ! De quoi agacer les automobilistes, qui guettent l’addition au moment de faire le plein.

En octobre 2018, le prix du diesel s’affiche à 1,55€ le litre en moyenne sur l’ensemble du territoire. La suite est connue: les gilets jaunes lancent cet automne-là un mouvement de contestation sans précédent. Un précédent qui continue de traumatiser Emmanuel Macron.

Trois ans plus tard, la situation est historique ! En ce début de semaine, le prix du litre de diesel est plus élevé que l’essence. Ce dernier est à 1,95€ en moyenne contre 1,93€ pour le SP95 (E5) et 1,92€ pour le Sans-Plomb 95 (E10), tandis que le SP-98 a dépassé les 1,96 euro. Sur trois mois, la hausse des prix à la pompe ressort à plus de 20% (sauf pour le E-85 ou Bioéthanol).

Le pouvoir d’achat, sujet de préoccupation «important»

À un mois de l’élection présidentielle, ces chiffres sont scrutés de près à Matignon, Bercy et à L’Élysée. En octobre le premier ministre avait bien annoncé une «indemnité inflation» de 100 euros pour 38 millions de Français gagnant moins de 2000 euros par mois. Mais depuis cette annonce, les prix ont continué de s’envoler obligeant le gouvernement à réagir. Le premier ministre a en effet officialisé le rehaussement du barème d’indemnité kilométrique pour les ménages imposés déclarant leurs frais professionnels. Nous sommes «prêts à faire davantage», a encore déclaré le ministre de l’Économie et des Finances, ce lundi, sur BFMTV. «Nous apporterons une réponse à tous les Français qui sont les plus touchés par la crise. […] Mais ce ne sera pas un quoi qu’il en coûte qui consisterait à verser de l’essence sur un incendie», a nuancé Bruno Le Maire, précisant que les mesures seraient «ciblées». Un peu plus tôt, sa collègue Barbara Pompili notait que des aides sur «le carburant font partie du plan de résilience que le premier ministre va annoncer» cette semaine.

À lire aussiHausse des prix du carburant: comment les Français s’adaptent à la situation

Dans un sondage Odoxa, publié fin novembre, 90% des Français estiment que le pouvoir d’achat est un sujet de préoccupation «important» ou «assez important» de l’élection présidentielle. Il devance la santé, l’immigration et la sécurité. Et toujours dans ce même sondage 80% d’entre eux soutiennent que le pouvoir d’achat s’est dégradé, 94% estiment même que les multiples confinements mis en place depuis un an et demi sont la cause d’une accélération de la hausse des prix, de l’inflation. Emmanuel Macron et son gouvernement sont prévenus : le pouvoir d’achat plus que jamais sujet «inflammable» dans la perspective de la présidentielle.

À lire aussiGuillaume Tabard: «Répondre à l’enjeu du pouvoir d’achat, le casse-tête du président-candidat»

À VOIR AUSSI – Hausse du prix du carburant: Jean Castex annonce le relèvement de 10% du barème de l’indemnité kilométrique

À lire aussiL’enjeu du pouvoir d’achat au cœur de la présidentielle