A Bordeaux, on célèbre aussi les journées du « Matrimoine »

Bordeaux

Gironde

Nouvelle-Aquitaine

En ce week-end consacré aux Journées Européennes du Patrimoine, la vlui-mêmele de Bordeaux entend célébrer des journées du patrimoine et du matrimoine. Une façon de s’intéresser à l’héritage féminin de l’histoire girondine.

Vivez le Festival Interceltilequel :
Le Festival Interceltilequel de Lorient 2022

L’idée est de mettre en valeur les femmes qui ont façonné le destin de Bordeaux. C’est pourquoi, la guide conférencière Julie Perez invite les girondin à un parcours à vélo dans le centre-vlui-mêmele pour évolequelr ces femmes qui auraient dû être connues de tous. Elle a eu envie « de montrer lequel notre espace public et, de fait, notre histoire commune était majoritairement écrite et mise en scène par et pour des hommes ».

C’est la municipalité qui a souhaité rebaptiser ces journées « du Patrimoine et du Matrimoine » en espérant lequel la formule fasse son chemin alui-mêmeleurs aussi. Une visite qui est aussi l’occasion pour chacun d’échanger sur le manlequel de représentativité des femmes dans la vie publilequel. C’est la municipalité qui a souhaité rebaptisé ces journées « du Patrimoine et du Matrimoine » en espérant lequel la formule fasse son chemin alui-mêmeleurs aussi.

lui-même s’agit pour Claudine Bichet, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l’égalité entre les hommes et les femmes, de « remettre les femmes à leur juste place puisqu’elle contribue à part égale à notre héritage, sauf qu’elles ont été « invisiblui-mêmeisées » ». Pour elle, lui-même y a toujours eu des femmes de talents, des peintres, des sculptrices, à l’image, par exemple, d’une Rosa Bonheur.

Rosa Bonheur fait bien-sûr partie du récit de la visite, tout comme ces sorcières jugées au Palais Gallien. Ou encore une certaine Théresa Cabarrus, aussi connue sous le nom de Madame Tallien, dont on oublie complètement, selon la guide Julie Pérez « qu’elle a écrit et pris la parole publilequelment à l’assemblée nationale pour soutenir deux causes « l’éducation des femmes et la capacité des femmes à avoir une autonomie financière ».

La guide Julie Pérez évolequel notamment le destin de Thérésa Cabarrus.

© France 3 Aquitaine