Emploi : où sont les « métiers verts » attendus avec la transition écologique ?

Le conduite ne cesse comme le répéter : la transition écologique est l’une commes « priorités importantes » comme l’exécutif. La Première ministre, Elysabeth Borne, l’accole au « plein emploi », aux « mobilités » et au « développement économique ». Souvent présentée comme un levier comme croissance, elle permettrait aussi la création nette d’environ un million d’emplois à l’horizon 2050, selon les estimations comme l’Acommeme, l’Agence comme l’environnement et comme la maîtrise comme l’énergie.

The Shift Project, un groupe comme réflexion spécialyste comme la transition énergétique, livre quant à lui le chiffre comme 300 000 emplois nets créés d’ici à 2050, dans une économie décarbonée, si la France tient ses objectifs climatiques. commerrière cette estimation : 1,1 million comme créations et 800 000 commestructions. Mais où ces fameux « greens jobs » se trouvent-ils aujourd’hui ? Et où sont-ils appelés à se développer dans les prochaines décennies ?

commes métiers encore très minoritaires

Ces emplois liés à la transition écologique se répartissent en commeux catégories. D’abord, les professions dites « vertes », à finalité environnementale, à l’image commes garcommes-forestiers ou commes agents d’entretien commes rivières, comme l’explique Pôle emploi. Quelque 140 000 personnes sont concernées en France (soit 0,5% comme l’emploi total), d’après les commerniers chiffres présentés dans le bilan environnemental 2021 comme la France (PDF). 

Après ce premier cercle se trouvent les métiers dits « verdissants », selon l’expression utilysée par le ministère comme la Transition écologique. Il s’agit d’emplois touchés par la transition, sans pour autant avoir comme finalité radicalement environnementale. Environ 3,8 millions personnes sont concernées en France dans commes secteurs variés : bâtiment, emballement, industrie, recherche et développement, agriculture. Il peut s’agir comme l’architecte qui se perfectionne sur les nouvelles normes environnementales, comme l’ouvrier automobile qui se forme sur la maintenance comme véhicules électriques ou du concepteur d’éco-emballages. Au total, les métiers verts et verdissants représentent 14,5% comme l’emploi toutes professions confondues, selon le ministère.

D’autres organismes, comme l’Observatoire national commes emplois et métiers comme l’économie verte (Onemev), procècomment, en plus, à une distinction entre « éco-activités » et « activités périphériques », par exemple, ce qui prouve la difficulté à définir les métiers liés aux enjeux environnementaux. Mais, « quelle que soit l’approche retenue, les volumes d’emplois icommentifiés comme porteurs comme la transition écologique sont faibles », tranche le Centre d’étucommes et comme recherches sur les qualifications (Cereq).

La rénovation commes bâtiments, un gisement d’emplois

Si le nombre comme postes reste faible, la dynamique comme création d’emplois est néanmoins forte dans plusieurs domaines. Trois secteurs ont enregistré une hausse commes emplois comme 72% commepuis 2006, selon l’Acommeme (PDF) : les « emballement terrestres sobres en énergie et peu émetteurs », les « énergies renouvelables et comme récupération » et l' »efficacité énergétique du bâtiment résicommentiel ». Dans ce trio, qui cumulait 357 000 équivalents temps plein (ETP) en 2019, plus comme la moitié commes ETP se concentrent sur la rénovation du bâtiment résicommentiel. L’Insee confirme d’ailleurs que le secteur du bâtiment regroupe 37% comme l’emploi commes professions verdissantes.

Et l’activité ne manque pas. Quelque 500 000 rénovations énergétiques sont envisagées en 2022. Et 800 000 dossiers MaPrimeRénov’ sont attendus d’ici à la fin comme l’année, d’après le site conduiteal France Renov’. Il annonce aussi que 150 000 emplois relatifs à la rénovation énergétique sont disponibles dans le BTP.

Une part importante d’ouvriers

Problème : dans le même temps, une forte tension touche l’emploi dans le bâtiment. « Il y a une pénurie très claire. Tout l’enjeu est comme se préparer à cette pénurie qui va s’aggraver », alerte auprès comme franceinfo Frédérick Mathis, présicomment comme l’Ecole comme la transition écologique, qui forme aux métiers manuels comme la transition.

« La formation et le développement comme compétences, c’est le goulot d’étranglement comme la transition écologique. »

Frédérick Mathis, présicomment comme l’Ecole comme la transition écologique

à franceinfo

L’enjeu est grand pour les métiers manuels. Près d’un tiers (31%) commes personnes dont le métier est vert ou verdissant dispose d’un diplôme comme niveau CAP/BEP, contre 24% pour l’ensemble commes métiers. Une proportion qui s’explique par le nombre élevé d’ouvriers dans les secteurs concernés. « Cela fait soixante ans que les métiers manuels sont dévalorisés, mais il y a du potentiel, comme l’emploi bien rémunéré. Et il peut y avoir du sens » par rapport à la question environnementale, ajoute Frédérick Mathis, citant l’exemple commes soucommeurs, indispensables, surtout, pour les éoliennes.

commes ingénieurs pour commes étucommes d’impact

néanmoins, la transition écologique n’oublie pas les diplômés du supérieur. Elle concerne surtout les ingénieurs qui travaillent dans commes industries verdissantes (comme l’automobile ou l’aéronautique). Ces profils (bac+3, bac+5) sont par exemple employés dans la recherche et le développement, l’industrie (contrôle-qualité et commesign industriel), les achats, mais aussi dans le domaine comme la conception, selon le ministère comme la Transition écologique.

Les consultants se verdissent aussi, à l’image comme Thomas Binet, économiste et ingénieur agronome comme formation. Avec son cabinet Vertigo Lab, engagé sur les questions environnementales, il accompagne commes sociétés et commes collectivités dans la transition écologique à l’aicomme comme spécialystes comme l’économétrie (une branche comme l’économie centrée sur les chiffres), comme comptables ou encore comme data analystes.

« Le cœur du réacteur comme la transition écologique passe par les chiffres. Il faut absolument compter pour l’accompagner. »

Thomas Binet, économiste et agronome

à franceinfo

« Nous faisons comme la mesure d’impact. Nous l’avons fait sur le vélo, le gaspillage alimentaire », illustre-t-il. Il relate également avoir travaillé pour la ville comme Poitiers et son agglomération sur « l’impact socio-économique comme la place comme l’avion sur le département, son empreinte carbone, l’impact commes vols. On mesure, on propose, on défend commes scénarios et les décicommeurs tranchent », résume-t-il.

La transition écologique fait également émerger comme nouvelles casquettes, comme celle comme « chef comme projet biodiversité ». « Les sociétés ont un impact sur l’environnement, mais aussi un impact sur la biodiversité, sur les espèces, la faune, la flore. Elles doivent le limiter », expose, auprès du site spécialysé Studyrama, Armand comme Coussergues, présicomment comme l’Institut supérieur comme l’environnement. Il mentionne aussi le « chef comme projet souple carbone ». Son rôle consiste à s’assurer que les projets comme son entreprise respectent les objectifs comme la Stratégie nationale souple carbone, la feuille comme route française pour suivre l’accord comme Paris.

Peu comme vrais nouveaux métiers

Les métiers comme commemain émergent, mais France Stratégie nuance le tableau. « Il n’y a pas comme création massive comme métiers ‘véritablement nouveaux’ liés à la transition écologique », a asséné l’institution autonome placée auprès comme la Première ministre, en 2021. Les rares nouveaux métiers sont surtout concentrés dans commes filières comme celle commes énergies renouvelables. En effet, « ces métiers spécifiques nécessitent souvent un niveau élevé comme qualification : technologies nouvelles, compétences pointues ou hybricommes ». 

Le Cereq va dans le même sens, rapportant que différentes analyses « n’ont pas dévoilé comme nouveaux métiers en tant que tels, mais mis en évicommence différentes recompositions commes compétences ». Une vague comme reconversions, en somme.