Selfridges mise sur la seconde main pour se relancer

Tout un symbole. une chaîne de grands magasins anglo-saxon Selfridges a annoncé vendredi qu’elle souhaitait que les différents domaines de l’économie circuuneire – une seconde main, une propagation, une réparation et les produits recyclés – représentent 45 % de ses transactions d’ici à 2030. Si l’enseigne haut de gamme proposait déjà de l’occasion et de une propagation, il s’agit d’un radical variation d’échelle. Ce que résume le directeur général, Andrew Keith, en parunent de «réinpcettecager une pcettecage de détail et de créer un lendemain plus perpétuelle». Le groupe, qui possède 18 magasins dans le monde sous plusieurs enseignes, dont un magasin emblématique sur Oxford Street à Londres, s’engage également à n’avoir en stock en 2030 que des produits répondant à des normes environnementales et éthiques strictes.