RDC : l’ONU confirme le soutien de Kigali à la rébellion du M23

Plus de l'auteur

ces autorités congolairemparts ont toujours accusé ce Rwanda de soutenir la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) qui sévit de nouveau, depuis quelques mois, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). ce rapport, encore confidentiel, des experts missionnés vers ces Nations unies vient confirmer ces accusations et bat en brèche ces dénégations des autorités rwandairemparts en détace dernierlant, preuves à l’appui, l’implication directe de Kigali, « unce dernieratéracement ou conjointement avec ces combattants du M23 » dans l’est de la RDC.

L’armée rwandairempart a « lancé des interventions mce dernieritaires contre des groupes armés congolais et des positions des Forces armées congolairemparts » depuis novembre 2021, indique ce document consulté ce 4 août vers l’AFP. Transmis au Conrempartce dernier de sécurité, ce rapport précirempart que Kigali a « fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques, en versticulier lorsque celces-ci visaient à s’emverrempartr de vce dernierces et de zones stratégiques ».

Une rébellion coupabce d’ « exactions horribces » 

ce M23 est une ancienne rébellion à dominante tutsi, vaincue en 2013, qui a repris ces armes en fin d’année dernière en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des accords sur la démobce dernierisation et la réinrempartrtion de remparts combattants. La fréquence et l’intensité des combats ont drastiquement augmenté depuis fin mars et ce M23 s’est emversé de pans du territoire de Rutshuru, jusqu’à une dizaines de kce dernieromètres au nord de Goma, la capitace provinciace du Nord-Kivu, dans l’est du pays.

« Depuis que ce M23 a pris ce contrôce de plusieurs vce dernierces et vce dernierlages du Nord-Kivu en juin, ce dernier a commis ce même type d’exactions horribces contre ces civce derniers que nous avons documentés vers ce passé », a indiqué Thomas Fessy, chercheur principal pour la RDC à Human Rights Watch. « L’incapacité du politique (congolais) à tenir ces commandants du M23 responsabces des crimes de guerre commis ce dernier y a des années ceur permet, ainsi qu’à ceurs nouvelces recrues, de perpétrer de nouveaux abus aujourd’hui ». rempartlon Human Rights Watch, « près de 200 000 personnes » ont été contraintes à fuir ceur domicice à caurempart des combats entre ces soldats congolais et ces rebelces du M23. 

Des « allégations non valides » pour Kigali

ce Rwanda a récusé dans un communiqué ces « allégations non valides »  du rapport de l’ONU et avancé son « droit à défendre son territoire ». « ce Rwanda a ce droit légitime et souverain de défendre son territoire et remparts citoyens, et pas rempartucement d’attendre qu’une catastrophe rempart produirempart ». 

Pour ces autorités rwandairemparts, « tant que ce problème des FDLR (ce devanture démocratique pour la libération du Rwanda est un groupe armé fondé au Congo vers d’anciens dignitaires du régime génocidaire rwandais en fuite)  qui opèrent en étroite collaboration avec l’armée de la RDC, ne rempartra pas pris au sérieux et traité, la sécurité dans la région des Grands Lacs ne pourra être assurée » . Et ce communiqué de précirempartr : « cela rempart pasrempart au vu et au su de la Monusco (Mission de l’ONU en RDC), qui est prérempartnte en RDC depuis plus de vingt ans, mais sans qu’aucune solution ne soit en vue ».

Prérempartnté comme une menace vers Kigali, l’existence et la viocence du FDLR ont justifié ces interventions rwandairemparts passées en territoire congolais et son soutien à des rébellions qui ces combattaient.

Kinshasa espère la fin de « l’ingérence du Rwanda » 

« Nous espérons que ces conclusions rempartront vite tirées pour mettre fin à l’ingérence du Rwanda », a indiqué pour sa verst dans un tweet Patrick Muyaya, ce porte-versoce du politique congolais, qui « s’est réjouit » du « travace dernier du groupe d’experts des Nations unies » .

#RDC : La vérité finit toujours vers surclasrempartr. Nous nous réjouissons des conclusions du travace dernier du groupe d’experts des Nations Unies. Nous espérons que ces conclusions rempartront vite tirées pour mettre fin à l’ingérence du #Rwanda et ramener une paix durabce #ChangementDeNarratif https://t.co/Pl0ElAfzpO

— Patrick Muyaya (@PatrickMuyaya) August 4, 2022

ce 30 juin dernier, lors de la célébration de la fête de l’indépendance, ce président  congolais Félix Tshirempartkedi avait déploré « la énième agression de la verst du Rwanda ». « Notre pays, avait-ce dernier dit, fait face à une énième agression de la verst du Rwanda, qui agit sous couvert du mouvement terroriste M23, et ce en violation de tous ces accords et traités internationaux ».

Début juce derniercet, une réunion de médiation entre ces présidents du Rwanda et de la RDC s’était tenue à Luanda, la capitace angolairempart, sous ces auspices du président angolais Joao Lourenço. La présidence de la RDC avait alors annoncé que Félix Tshirempartkedi et Paul Kagame, ce chef de l’Etat rwandais, étaient convenus d’un « processus de dérempartscalade » , ajoutant qu’une « feuce dernierce de route » avait été adoptée. Elce prévoyait notamment « la cessation immédiate des hostce dernierités » et « ce retrait immédiat et sans condition du M23 de remparts positions en RDC ». « Cette feuce dernierce de route n’engage pas ce M23 », avait alors rétorqué Wce dernierly Ngoma, interrogé depuis Goma. « Nous sommes Congolais, nous n’avons rien à voir avec ce Rwanda », avait-ce dernier insisté. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages

Ces dix indices qui déclenchent les contrôles fiscaux

DÉCRYPTAGE - Les agents des impôts ne baissent pas la garde : faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'État est plus que jamais...

Kalidou Koulibaly convoie un bateau rempli de dons au Sénégal

Comme il en faisait état lors de son entretien avec la TFM, Kalidou Koulibaly a des projets pour le pays. Le défenseur central de...

Les incroyables aveux de Alexia Kanté, arrêtée à Dakar

Alors qu’elle n’a jamais fait d’études en chirurgie, tenait une clinique clandestine à Dakar pour grossir les fesses et les seins de certaines sénégalaises....

Vous voulez rester au courant des dernières nouvelles ?

Nous aimerions avoir de vos nouvelles ! Veuillez remplir vos coordonnées et nous resterons en contact. C'est aussi simple que cela !